Written by Santé Views: 3

La septicémie peut-elle être évitée ?


La septicémie est une urgence médicale dont souffrent 31 millions de personnes dans le monde chaque année et pour laquelle il est essentiel d’agir à temps pour éviter une issue fatale. Mais avant qu’elle n’apparaisse, peut-elle être évitée ?

Prévenir la septicémie, maladie pour laquelle aujourd’hui, le 13 septembre, est la Journée mondiale, ce n’est pas une tâche facile et même si toutes les précautions sont prises pour en venir à bout, cela peut arriver. Il s’agit d’une maladie résultant d’un processus infectieux antérieur, contre lequel l’organisme n’est pas en mesure de combattre de manière adéquate et qui entraîne une réaction inflammatoire généralisée.

La réaction extrême du corps à une infection, provoquée par des micro-organismes, affecte particulièrement certains organes vitaux comme le cerveau, les poumons, le foie, les reins, entre autres, qui sont endommagés, selon la Société espagnole de médecine interne (SEMI).

Une réponse mal régulée du corps

De cette manière, souligne SEMI, la septicémie n’est pas une maladie en soi, mais survient plutôt lorsqu’une réponse mal régulée du corps à une infection se produit, provoquant un dysfonctionnement organique et endommageant les tissus et les organes eux-mêmes, mettant ainsi la vie du corps en danger.

Les infections les plus courantes pouvant déclencher une septicémie sont celles des voies respiratoires, gastro-intestinales et biliaires, ainsi que celles du système urinaire.

Sur les 30 millions de personnes touchées chaque année par le sepsis, 9 millions en meurent. En fait, c’est une pathologie qui produit un décès toutes les 3,5 secondes, selon la Société espagnole de médecine intensive et d’unités coronariennes (Semicyuc).

Article connexe :  La sérénité un mode de vie

La mortalité varie entre 15 et plus de 50 %.

En Espagne, selon les données citées par Semicyuc, il existe une variabilité importante en termes d’incidence et de mortalité, même si elle est d’environ 50 000 personnes touchées, dont environ 17 000 ne parviennent pas à la surmonter et meurent.

Les plus susceptibles d’en souffrir

“Dans le cas du sepsis, il y a une réaction exagérée d’inflammation du corps qui affecte les organes et, si elle n’est pas traitée, peut avoir des conséquences mortelles”, souligne-t-il. Dans des déclarations à EFEsalud, le superviseur du secteur des soins infirmiers du Complexe de soins universitaire de Salamanque, Hector Gómez.

prévenir la septicémie
Le superviseur du secteur des soins infirmiers du Complexe de soins universitaire de Salamanque, Héctor Gómez. Photo fournie

Gómez souligne qu’il existe des personnes plus susceptibles que d’autres d’en souffrir, comme les malades chroniques, les personnes âgées, les personnes diabétiques et les personnes immunodéprimées, entre autres.

Lorsqu’on lui demande s’il s’agit d’une pathologie habituellement contractée dans les hôpitaux, l’agent de santé assure qu’il n’y a aucune raison. Il explique que les personnes les plus susceptibles d’en souffrir sont également celles qui nécessitent plus d’hospitalisations que les autres patients, et subissent parfois ce processus à l’intérieur de l’hôpital.

« Il faut penser qu’à l’heure actuelle, parmi les principales causes de décès à l’hôpital, l’une est la septicémie, si ce n’est déjà la première. Souvent, ce qui arrive, c’est que le diagnostic est déjà posé à l’hôpital, mais qu’il a commencé à l’extérieur », ajoute Gómez.

Une maladie « temporellement dépendante »

Pour tenter de prévenir la septicémie, les personnes les plus sensibles doivent essayer de contrôler leur maladie et l’essentiel est d’éviter les infections, ce qui n’est pas facile.

Article connexe :  le pouvoir de la santé numérique dans l’éducation nutritionnelle pour les maladies chroniques

“Premièrement, éviter les infections, adopter une bonne hygiène en se lavant les mains, en effectuant les vaccinations recommandées en fonction des circonstances de chaque individu et des patients les plus sensibles, chroniques ou immunodéprimés, afin qu’ils aient un contrôle strict de leur maladie”, détaille Gómez.

prévenir la septicémie
EFE/Ana Escobar

Mais aussi pour éviter une issue fatale du sepsis, l’essentiel est d’agir rapidement. En fait, Gómez souligne qu’il s’agit d’une maladie « qui dépend du temps », car plus elle est traitée tôt, moins elle aura d’impact sur la santé du patient et moins il y aura de risque de choc septique, qui est la phase critique.

Premiers symptômes

Il est donc essentiel de détecter les premiers symptômes pour tirer la sonnette d’alarme.

Gómez précise que ces signes s’ajoutent à la fièvre, à une augmentation de la fréquence respiratoire ou à des difficultés respiratoires, à des sueurs, à une somnolence, à une confusion, à une altération de la conscience, à des nausées ou à des vomissements, entre autres.

Le problème est qu’il s’agit de symptômes qui peuvent passer inaperçus au début car ils sont confondus avec ceux d’une infection normale. Nous devons donc être plus attentifs aux personnes plus susceptibles au sepsis.

Code de septicémie

Pour tenter de garantir que le patient soit traité le plus rapidement possible pour le sepsis et d’éviter des conséquences mortelles, le Sepsis Code existe depuis un certain temps.

« Ce n’est pas autant que si l’on disait le Stroke Code ou le Heart Attack Code, qui impliquent une activation de professionnels de santé qui s’y consacrent exclusivement. Cela implique une coordination entre les soins d’urgence, les soins primaires et les soins hospitaliers pour la détection d’un patient suspecté de sepsis », souligne Gómez.

Et le traitement pour que le patient puisse la surmonter, explique l’agent de santé, implique l’antibiothérapie nécessaire et les symptômes spécifiques que présente le patient. Également l’administration de liquides, même si tout dépend de la situation dans laquelle se trouve le patient.

Article connexe :  "Les téléphones portables ne provoquent pas d'hypertension artérielle"

(Visited 3 times, 1 visits today)
Close