Written by Uncategorized Views: 8

Cortisone : Effets Secondaires Et Comment S’en Débarrasser Rapidement

cortisone

La cortisone à quoi ça sert ?

Bien que la cortisone soit très utile pour lutter contre les maladies inflammatoires chroniques en raison de son action fortement dépressive sur le système immunitaire, ses effets secondaires  peuvent considérablement détériorer la qualité de vie. Si vous avez utilisé de la cortisone, votre seul désir est de vous en débarrasser de votre corps et de vous “détoxifier”.

Combien de temps faut-il pour brûler la cortisone ? Pour cette raison, connaître les méthodes pour se débarrasser de la cortisone est essentiel pour rester en bonne santé lorsque vous êtes obligé de prendre cette substance qui peut être une véritable épée à double tranchant.

Tisanes purifiantes pour éliminer la cortisone

Il existe de nombreuses façons naturelles et peu invasives d’aider le corps à absorber la cortisone  et à réduire ses effets secondaires désagréables.

Même de simples infusions peuvent être efficaces tant que vous choisissez les bons ingrédients. Voici une tisane que nous avons sélectionnée pour réduire les gonflements après la prise de cortisone.

Principes bienfaisants du gingembre et du curcuma

Le gingembre a d’innombrables propriétés bénéfiques , les études menées ont confirmé son pouvoir qui va bien au-delà de l’ibuprofène et de la cortisone elle-même.

Le gingembre étant un puissant anti-inflammatoire et antioxydant naturel, il est fortement recommandé lors de la prise de cortisone, pour tenter de contrer les effets de gonflement et de rétention d’eau.

Dans ce cas, la tisane recommandée, en plus d’avoir du gingembre à l’intérieur, contient également du curcuma, reconnu comme une “herbe magique”. En Inde le curcuma est utilisé depuis de nombreuses années, à la fois comme épice culinaire mais aussi pour ses bienfaits antioxydants.

Article connexe :  Crème Gyno-canesten pour candida: qu'est-ce que c'est et comment l'utiliser

COMMENT PRENDRE VAHDAM ?

Vahdam étant une infusion à forte concentration de gingembre et de curcuma, il convient de la boire régulièrement une fois par jour, au moins 3 heures après la prise de la cortisone, pour faciliter l’efficacité des principes bénéfiques qu’elle contient.


Comment se désintoxiquer de la cortisone : quoi boire et manger

Lors d’un traitement par des médicaments à base de cortisone, il est essentiel de respecter les besoins énergétiques quotidiens : l’alimentation doit être normo-calorique et normo-protéique, c’est-à-dire équilibrée et saine, en répartissant les apports alimentaires sur les repas quotidiens et en évitant de sauter le petit-déjeuner .

Les aliments raffinés, tels que le sucre blanc, qui provoquent des pics soudains de sucre dans le sang, doivent être éliminés.

Les courses doivent être orientées vers des aliments détoxifiants et des aliments sains riches en eau tels que les fruits et légumes , éliminant (ou réduisant drastiquement) les aliments salés : en effet, l’excès de sel provoque une rétention d’eau et aggrave l’image de l’œdème provoqué par la cortisone, gonflant davantage la peau et dilatation des tissus sous-cutanés.

Par conséquent, n’ajoutez pas de sel aux aliments et préférez les aliments qui en contiennent peu ; pour aromatiser les aliments, utilisez plutôt des herbes aromatiques et du citron.

De même, les aliments gras (aliments frits, pâtes à frire, saucisses, collations) doivent être éliminés de l’alimentation.

Les glucides ne doivent pas être éliminés de l’alimentation, mais ils doivent être associés à des portions de fruits et légumes ; on met ainsi en place un contrôle correct de la glycémie, qu’il est essentiel de garder sous contrôle, étant donné la tendance de la cortisone à provoquer une résistance à l’insuline qui est le phénomène précurseur du diabète sucré.

A la fin de la cortisone, il faut un certain temps pour que l’hormone soit éliminée de l’organisme, qui dépend de la dose prise, de la durée du traitement mais aussi des prédispositions personnelles : en général, boire beaucoup d’eau aide purifier le foie des déchets et « laver » les intestins, la vessie et les reins ; il faut donc boire au moins 1 litre et demi d’eau par jour, même sous forme de tisanes dégonflantes et purifiantes, évidemment non sucrées.

Article connexe :  Mesure du Volume Plaquettaire Moyen (VPM) : examens, résultats et traitement

Éliminer la cortisone avec une activité sportive

On ne peut pas ne pas parler de l’importance du sport non seulement pour maintenir un poids constant mais pour expulser les toxines du corps . Et la cortisone et les médicaments en font partie.

L’apport de cortisone provoque un gonflement, un œdème et une prise de poids, en particulier dans la région abdominale.

L’activité physique aérobie doit toujours être présente comme une aide valable pour maintenir le poids corporel dans les limites préétablies. La cortisone en elle-même provoque une augmentation significative du poids, en termes de fluides retenus dans les tissus ; même vingt minutes par jour de mouvement comme la marche ou l’utilisation du vélo stationnaire peuvent aider le système immunitaire et renforcer les muscles.

L’important n’est pas d’en faire trop mais de conserver une certaine régularité, en proposant par exemple de marcher au moins 20 minutes à un rythme soutenu tous les matins, ou de se consacrer à des exercices sur le tapis. Ainsi les muscles ne perdront pas leur tonicité, notamment les abdominaux qui plus que les autres ont tendance à être affectés par la prise de corticoïdes.

De plus, le mouvement physique aide à libérer ses énergies, à se détendre et à éviter le stress, l’irritabilité et les sautes d’humeur qui peuvent affecter ceux qui prennent de la cortisone.

Effets secondaires de la cortisone

Nous arrivons donc au chapitre sur les effets secondaires de la cortisone :

  • Les symptômes de l’insuffisance surrénalienne iatrogène
    sont l’asthénie, les nausées, les vomissements, les douleurs abdominales, les arthralgies, les myalgies, l’hypotension.
  • Hypercorticosalisme iatrogène La
    cortisone à fortes concentrations a des effets métaboliques tels que l’intolérance au glucose et le diabète, la perte de potassium, l’obésité centripète, la rétention de sodium et d’eau, la lymphopénie, l’éosinopénie, la susceptibilité accrue aux infections, la peau qui ne cicatrise pas, les nausées, les vomissements, l’ulcère gastro-duodénal, l’ostéoporose rabougrie croissance, atrophie musculaire, nécrose de la tête fémorale, aggravation du glaucome, euphorie/dépression, insomnie, irritabilité, psychose, suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, antagonisme de l’insuline et des hormones thyroïdiennes.
  • Dans la maladie de Cushing iatrogène, une prise de poids, une diminution de la masse musculaire, une nécrose de la hanche, une alcalose hypokaliémique avec œdème et augmentation de la pression artérielle, des cataractes peuvent être observées.
Article connexe :  Comment augmenter les seins sans chirurgie

Lorsqu’ils sont administrés pendant une longue période, les corticostéroïdes peuvent inhiber la fonction corticosurrénalienne ; la thérapie doit donc être suspendue très progressivement pour permettre au cortex surrénalien de reprendre la synthèse endogène des hormones stéroïdiennes. Si la dose est considérablement réduite, les symptômes de la maladie peuvent réapparaître plus sévèrement, en raison du manque de corticostéroïdes exogènes et endogènes.

Fréquence des effets secondaires de la cortisone

La fréquence des effets secondaires peut être :

– Subaiguë (après des semaines de traitement) avec prise de poids fréquente, sautes d’humeur, intolérance au glucose ; rarement ulcère peptique, réactions allergiques et hypertriglycéridémie.
– Retardées (après des mois de traitement) : obésité fréquente du tronc, fragilité cutanée, ostéoporose, myopathie, suppression des corticoïdes. Rarement survenue de cataractes, de glaucome, de nécrose osseuse et d’infections.

Les contre-indications à l’utilisation de la cortisone sont les antécédents d’ulcère, de maladie cardiaque, d’hypertension et d’insuffisance cardiaque, les infections actuelles, le diabète, la psychose, l’ostéoporose, le glaucome.

Des précautions doivent être prises chez les patients sous observation pour hypertriglycéridémie, glucosurie, rétention, œdème, hypertension, ulcère et ostéoporose.

Lors de l’administration de cortisone, il faut essayer de respecter le rythme physiologique de l’hormone. L’arrêt de l’administration doit être lent pour laisser le temps à l’organisme de reprendre la synthèse des corticoïdes endogènes ; il est très dangereux de laisser le corps sans cortisol endogène ou exogène, en raison de son incapacité à gérer les événements stressants.

(Visited 8 times, 1 visits today)
Close