Written by Santé Views: 8

Acclimatation à l’altitude, comment gérer le mal d’altitude

Quand vient le temps d’organiser les vacances d’été, on se pose souvent la question fatidique « mer ou montagne ». S’il est vrai que les destinations côtières ont tendance à être les plus populaires pendant les mois les plus chauds, lehaut montagne Pourtant, il exerce un charme irrésistible et pousse les aventuriers à explorer des sommets toujours plus hauts avec des excursions extrêmes ou même simplement à travers les plus accessibles. randonnée en montagne. Cependant, de la même manière que la mer peut entraîner certains problèmes tels que vertigesLa beauté époustouflante des paysages de haute altitude pose également des défis uniques à notre corps.

L’un d’eux est le vertige, également connu sous le nom de mal de l’altitude, une maladie qui peut toucher toute personne qui s’aventure rapidement à haute altitude. Dans les paragraphes suivants, nous approfondirons cette pathologie et tenterons de comprendre ensemble comment la traiter et la prévenir.

imtmphoto/gettyimages.it

Qu’est-ce que le mal de l’altitude ?

Ce problème est une réponse physiologique du corps à une exposition à de faibles niveaux de oxygène en haute montagne, et se produit précisément lorsque l’organisme est incapable d’assimiler une quantité suffisante d’oxygène

Cette condition peut affecter n’importe qui, quel que soit l’âge, le sexe ou le niveau de forme physique, et survient lors d’une transition rapide d’une basse altitude à une altitude plus élevée. 2 400 mètres. Les effets peuvent varier de légers à graves, et les symptômes comprennent généralement des maux de tête, un manque d’appétit, des étourdissements et des difficultés à dormir.

S’il n’est pas reconnu et traité rapidement et efficacement, le mal de l’altitude peut évoluer vers des affections plus graves, telles queœdème pulmonaire soit cérébral depuis de grandes hauteurs, tous deux potentiellement mortels. Son imprévisibilité en fait une condition qui peut affecter aussi bien les randonneurs inexpérimentés que les alpinistes expérimentés. Il est donc essentiel de comprendre et de prévenir ce problème, surtout si vous planifiez des voyages ou des excursions dans des zones montagneuses.

Article connexe :  Peau sèche et piscines : le chlore en cause ?

Les causes du mal de l’altitude

À mesure que l’altitude augmente, la pression atmosphérique diminue et, par conséquent, la quantité d’oxygène disponible dans l’air est réduite. Le corps, habitué à un certain niveau d’oxygène à basse altitude, se retrouve soudain en difficulté à haute altitude.

Ce déséquilibre oblige le corps à travailler plus fort pour obtenir l’oxygène dont il a besoin, accélération de la fréquence respiratoire et provoquant les symptômes que nous avons mentionnés. Au bon moment, notre corps entame un processus d’adaptation progressive, mais si la remontée est trop rapide, cette adaptation risque de ne pas se produire assez vite pour éviter l’apparition d’un inconfort.

Comment reconnaître le mal de l’altitude

Lorsqu’un cas de mal de l’altitude survient, les symptômes apparaissent dès que l’on atteint un endroit montagneux depuis une altitude inférieure. Les signes les plus courants de ce problème comprennent :

  • mal de tête persistant, qui s’intensifie souvent la nuit ;
  • manque d’appétit;
  • nausées et vomissements possibles ;
  • fatigue et faiblesse intenses;
  • difficulté à dormir;
  • sensation de vertiges.

Certains comparent cet inconfort à ce que l’on ressent lors d’un classique gueule de bois ou dans les premières étapes d’uninfluence. Dans les cas graves, la maladie peut affecter le bon fonctionnement des poumons et du cerveau, provoquant de la confusion, des difficultés motrices et davantage de problèmes respiratoires.

AntonioGuillem/gettyimages.it

Comment diagnostique-t-on le mal de l’altitude ?

Le diagnostic du mal des montagnes repose principalement sur les symptômes rapportés par le patient et les circonstances dans lesquelles ils surviennent. Un médecin tiendra compte de plusieurs facteurs, tels que l’altitude à laquelle vous vous trouvez, la rapidité avec laquelle vous êtes monté jusqu’à votre destination et vos symptômes. L’apparition des symptômes mentionnés ci-dessus en montagne conduit généralement à exclure d’autres causes possibles, comme la grippe, déshydratation Oh coup de chaleur.

Article connexe :  Doctolib : Une solution innovante et pratique pour trouver le médecin qu'il vous faut !

Il est essentiel de connaître et de reconnaître les symptômes le plus tôt possible, car un diagnostic rapide est important pour prévenir des complications graves.

Comment gérer ce problème

Le meilleur traitement contre le mal de l’altitude est de descendre à une altitude inférieure. Si les symptômes que vous ressentez sont légers, vous pourrez peut-être rester à votre altitude et permettre au corps de s’habituer.

Si vous décidez de rester en haute altitude, prévoyez du temps. temps de repos. Il est possible de se déplacer et de découvrir la région, mais dans le calme et en limitant toute activité physique inutile. Il est également important de boire beaucoup d’eau et d’éviter la consommation d’alcool.

Comment l’adaptation peut nécessiter de 12 heures à 3-4 joursIl est conseillé de ne pas monter en altitude jusqu’à disparition des symptômes.

Si vous avez mal à la tête, vous pouvez envisager, évidemment en consultant au préalable votre médecin, de prendre un médicament normal en vente libre contenant des principes actifs tels queibuprofène ou la naproxène. Vous pouvez également utiliser des médicaments spécifiques pour réduire les nausées ou les étourdissements, si ces symptômes sont présents.

Si le mal de l’altitude n’est pas un problème nouveau pour vous ou si l’excursion prévue est particulièrement exigeante, votre médecin pourra vous prescrire avant le départ de l’acétazolamide, qui est généralement utilisé pour accélérer l’adaptation de l’organisme à l’altitude. Des médicaments tels que la nifédipine et la dexaméthasone sont également recommandés pour lutter contre le mal des montagnes.

Article connexe :  Le bégaiement chez les enfants: qu'est-ce que c'est, que faire

Cependant, si vos symptômes sont modérés à sévères, s’aggravent ou si un traitement avec des médicaments ou de l’oxygène ne vous aide pas, il est recommandé descendre au moins 450 mle plus rapidement possible, avec l’aide des secours locaux ou de vos compagnons de voyage.

Étant donné que les symptômes plus graves comprennent également des étourdissements, une perte d’équilibre et des mouvements lents, il est essentiel Ne descends pas seulmais toujours accompagné.

vagabundo_018/gettyimages.it

Prévention et acclimatation en haute altitude.

jeacclimatation C’est le processus par lequel le corps s’adapte progressivement aux conditions de faible concentration d’oxygène à haute altitude. Cela peut inclure une augmentation du rythme respiratoire et une augmentation de la production de globules rouges.

Par conséquent, pour minimiser le risque de mal d’altitude, il est conseillé de monter lentement, permettant au corps de s’adapter. Par exemple, si vous envisagez d’atteindre 3 000 m d’altitude, il est utile de passer quelques jours à 2 500 m avant de poursuivre la montée. Cette « période d’adaptation » peut faire une grande différence dans la prévention de la maladie.

De plus, maintenir une bonne hydratation et éviter l’alcool aide au processus d’acclimatation, car cela permet au corps d’être au mieux et en bonne santé.

Il est également important de souligner l’importance de entraînement athlétique. Une bonne condition physique peut aider le corps à mieux gérer le stress de la haute altitude et à récupérer plus rapidement. L’entraînement cardiovasculaire, qui s’effectue à travers des disciplines telles que, par exemple, forme cardiovasculaireIl améliore notamment la capacité du corps à utiliser efficacement l’oxygène, facilitant ainsi l’adaptation à l’altitude.

Les hautes altitudes ont toujours été un lieu de merveilles, mais aussi de défis. Cependant, avec une bonne préparation et une bonne sensibilisation, il est possible de profiter pleinement de ses beautés. Connaissiez-vous déjà les symptômes du mal de l’altitude ?


Image sélectionnée par Imgorthand/gettyimages.it

(Visited 8 times, 1 visits today)
Close